Télévision

En Tunisie, la télévision est le média le plus populaire : 98% des foyers possèdent un poste de télévision, 83% des Tunisiens se basent sur ce média pour suivre l'actualité et 61% de la population considère que les informations diffusées par ce média sont fiables. Les  programmes sont essentiellement en langue arabe : seuls 34% des tunisiens regardent également la télévision en langue française.

Diversité et transparence

Il y a actuellement 2 chaînes de télévision publiques et 12 chaînes privées (un chiffre qui évolue régulièrement depuis la révolution). Depuis la mise en œuvre du cahier des charges de l'autorité de régulation audiovisuelle (HAICA), certaines d'entre elles diffusent leurs programmes sans licence, comme Zitouna TV.

Répondant à plusieurs types de contraintes politiques, légales ou économiques, certaines ont fusionné ou changé d'actionnaires, d'autres peinent à se maintenir ou diffusent via des satellites étrangers faute d'être régularisées en Tunisie.

La télévision sous l'ancien régime

10 ans après l'indépendance, Habib Bourguiba lance officiellement la première chaîne de télévision publique, en 1966. Son successeur, Zine El-Abidine Ben Ali, lance en 1994, près de 30 ans plus tard, la deuxième chaîne nationale, alors appelée Canal 21, pour contrer entre autres l'influence critique de certaines chaînes étrangères (particulièrement France 2 qui était alors diffusée sur le canal hertzien). Les deux chaînes publiques ont été rebaptisées Wataniya (Nationale) 1 et 2 en 2011, après la révolution.

C'est ensuite dans les années 2000 que les premières chaînes de télévision privées voient le jour. La première, Hannibal TV, a été lancée en 2005 par un homme d'affaires lié au clan Ben Ali. En 2007, Nessma TV obtient à son tour une autorisation. Mais les licences données aux médias étaient distribuées selon des critères opaques et arbitraires, grâce à une proximité avec le pouvoir et le contenu des programmes occultait généralement le fait politique. La seule chaîne d'opposition "El Hiwar el Tounsi" a été lancée en 2003, depuis l'étranger. Pour avoir accès à un type d'informations non contrôlé par le pouvoir, les Tunisiens devaient se tourner vers les chaînes internationales, via le satellite. 

Quels changements depuis la Révolution ?

Depuis 2011, les chaînes télévisées se sont diversifiées. De nouvelles licences sont distribuées afin de rompre avec le monopole exercé par les membres du clan Ben Ali. En 2011, l'INRIC a ainsi recommandé l'attribution de licences à 5 chaînes et depuis 2013, les licences sont octroyées par la HAICA, à partir d'un cahier des charges.

Avec les audiences importantes qu'elles peuvent générer, comparé à d'autres supports médiatiques, les chaînes de télévision sont également prisées par les leaders politiques qui ont font un canal de communication privilégié. Plusieurs d'entre elles sont ainsi liées, directement ou indirectement, à des personnalités ou partis politiques, malgré une nouvelle réglementation qui tente d'endiguer ce phénomène. Ainsi, des télévisions proches des islamistes ont vu le jour, tandis que certains fondateurs ou propriétaires d'autres chaînes affichent clairement leurs préférences ou ambitions politiques.

PS: L'équipe voudrait remercier IPSOS pour avoir partagé gratuitement sa dernière étude sur l'audience des télévisions qui a permis d'établir la liste des 10 chaînes analysées

  • Project by
    Alkhatt
  •  
    Reporters without borders
  • Funded by
    BMZ